BebeCalin.mu

De 3 à 7 ans

Pourquoi les tous petits ont du mal à partager ou à prêter ?



Les petits enfants n’aiment pas beaucoup partager. Certes, nous voulons tous que notre enfant soit poli avec les autres et qu’il ne rechigne pas à partager ses jouets avec ses petits camarades ou ses frères et sœurs, mais comment expliquer cette réaction ?

« C’est à MOI ! » C’est la phrase du moment ! Et ce qu’il veut, il le veut pour lui tout seul ! Que ce soit ses jouets, sa maman, son papa… Votre petit bout de chou a évidemment commencé à comprendre la notion de propriété. Ses jouets, pas question qu’un autre ami puisse même y jeter un coup d’œil sinon c’est la crise. Par contre, il n’a aucun problème de conscience à aller enlever des mains d’un autre le jouet tant convoité. Et il n’en a rien à faire des cris de l’ami !

Il faut savoir qu’avant ses trois ans, les enfants ne savent pas vraiment jouer ensemble. Ils peuvent s’observer mais ont du mal à échanger des ballons, des poupées, des nounours, etc. Si notre devoir de parents est de leur expliquer la notion de propriété ("Non, cette balle appartient au petit garçon"), il est parfois plus difficile de leur expliquer qu’ils peuvent prêter leurs jouets ("la petite fille veut juste regarder ta poupée. Elle te la rendra.").

Il faut comprendre qu’avant 3 ou même 4 ans, l’enfant n’est aucunement capable de se mettre dans la peau d’un autre, de comprendre ce qu’il ressent. Et tant que cette vision égocentrique persiste, le concept de partage ne pourra pas être compris.

Pour mieux comprendre comment la notion de partage s’acquiert, il faut d’abord regarder comment le petit se développe au plan socio-affectif. L’enfant naît avec une vision égocentrique du monde, il est le centre de l’univers, celui autour de qui tout et tout le monde tourne… Dans sa tête, il ne fait qu’un avec sa maman, qui comble habituellement ses besoins au fur et à mesure qu’ils se présentent. Puis, peu à peu, il comprend qu’il est un être à part entière, avec des besoins qui restent présents, mais aussi avec des désirs, dont le désir de possession.

Pour que l’enfant saisisse bien la notion de partage, on peut commencer entre 18 mois et 2 ans à lui nommer les choses en terme d’appartenance. Qu’est-ce qui est à toi ? Qu’est-ce qui est à ta sœur ou ton frère et que tu dois demander pour l’obtenir ? Qu’est-ce qui est à tous et qu’on doit partager chacun son tour ? Ainsi, il prendra peu à peu conscience de son sentiment de possession envers ses choses, mais aussi de celui de l’autre ! Car pour avoir envie de partager, il faut d’abord avoir eu le plaisir de posséder !

À noter

De 0-18 mois : L’enfant a une vision égocentrique du monde où tout est centré sur la satisfaction de ses propres besoins. Il tolère mal les délais et comme il ne maîtrise pas le langage, il s’exprime souvent par les pleurs ou les petits cris pour signifier son insatisfaction. La notion de partage est bien loin dans ses intentions : tout lui appartient !

De 18 mois à 3 ans : L’enfant prend graduellement conscience de lui-même et des autres. La notion de partage n’est toutefois pas acquise. Il fait ses jeux en parallèle, à côté de copains qui sont souvent source de frustration lorsqu’ils sont avec l’objet ou la personne tant convoitée ! C’est la période du « À moi ! ». Il commence toutefois à accepter de bonne grâce le principe du « chacun son tour », un tout début de notion de partage.








*

Publier un commentaire sur mon profil Facebook


* champs obligatoires