BebeCalin.mu

De 6 mois à 3 ans

Les spasmes du sanglot

21 février 2012, par BebeCalin.mu (Anushka Mootia)


Il y a plusieurs causes susceptibles de provoquer les pleurs de votre enfant. Entre 6 mois et 3 ans, lors d’une crise de forte intensité, certains ont tendance à bloquer leur respiration sans reprendre leur souffle, générant ainsi les spasmes du sanglot.

Le spasme du sanglot est une manifestation de colère, de rage, de douleur ou de peur qui aboutit à une perte de connaissance toujours réversible. Ce symptôme n’a aucun caractère de gravité.

A noter qu’il y a deux formes de malaises, la forme pâle et la forme bleue.

  • La forme pâle n’est pas la plus courante, et est toujours provoquée par une frustration et se caractérise par l’absence de cri. Sous l’émotion l’enfant devient pâle et va jusqu’à perdre connaissance. Cela peut même aller jusqu’à une syncope et arrêt cardiaque.
  • La forme bleue est la plus répandue et est provoquée par une contrariété. Le bébé se met alors à pleurer, hurle, trépigne commence à perdre son souffle, la bouche reste ouverte mais aucun son ne sort. Il commence alors à devenir bleu puis l’apnée survient. Si l’apnée se prolonge, l’enfant fait alors une syncope par asphyxie avec perte de connaissance. L’enfant est inconscient puis quelques secondes plus tard, il reprend son souffle et la conscience réapparaît.

Dans l’immense majorité des cas, il ne faut rien faire, ces troubles sont bénins malgré la description plutôt stupéfiante. Lors d’une crise, sans pour autant abandonner son enfant, il est recommandé dans un premier temps de le laisser pleurer, et ensuite de venir le câliner et le rassurer, mais pas immédiatement.

La méthode à adopter

Tamponner le front de votre bébé simplement avec de l’eau, rester particulièrement calme et maître de la situation. Ne pas céder aux caprices et instaurer immédiatement le dialogue en conservant toute l’affection habituelle. Le danger réside dans le fait que l’enfant peut profiter de la situation, de la peur des parents face à une telle crise, pour abuser de son pouvoir.

Toutefois, si les crises sont anormalement fréquentes et sévères en intensité, et s’accompagnent de convulsions, mieux vaut consulter un pédiatre qui pourra prescrire un électrocardiogramme afin d’écarter toute anomalie cardiaque et conseiller les parents sur la réaction à adopter.








*

Publier un commentaire sur mon profil Facebook


* champs obligatoires